jardin-harmonies-pdf
-

Le Jardin des Harmonies – Comment aiment les grands artistes ?

Posté le 30 avril 2019 par

On ne connaît qu'une seule grande passion. Vraiment ?

Dans ce monde, il leur est interdit de s’aimer. Cette jeune danseuse et ce musicien savent à quel point tout rapprochement les mettrait en péril…

 

Lorsque leur cœur se met pour la première fois à battre la chamade, ils ignorent qu’ils ne sont qu’au début d’une longue suite de choix impossibles. Le premier : écouter la raison en faisant taire leurs sentiments quand il est encore temps ou bien céder devant la puissance du destin ?

 

Les artistes connaissent seulement la passion

 

Si l’adage dit vrai, avec leurs talents on peut s’attendre à une passion brûlante. Celle qu’on ne peut ignorer, qui mène à l’extase et parfois aux plus grands périls… Car oui, ils font partie des plus grands artistes dans leur domaines. Ir-Wol, danseuse à l’Institut Royal de Musique envoûte tous ceux qui posent sur elle leur regard. Mu-hyeon lui, est musicien, et son oreille est l’une des plus fines du royaume, un vrai prodige… Leur rencontre promet d’être digne des plus grands opéras !

 

Deux âmes pures ? Pas si vite !

 

Si elle est la grâce incarnée quand elle danse, Ir-wol démontre dans d’autres circonstances qu’elle a aussi un caractère bien trempé. Quand à Mu-hyeon, bien malin qui devinera ses secrets. Et dans leur entourage, un autre garçon semble lui aussi avoir beaucoup à cacher… Un certain émoi quand il croise Ir-Wol notamment ?

 

Instrument mythique, larcins et odieux chantages

 

En 1775, il n’y a pas de vie simple, surtout dans ce royaume. Le passé de chacun compte son lot de tragédies et la survie demande parfois d’odieux sacrifices. Dans ce contexte, les héros vont faire face à d’innombrables périls, affronter la rigueur d’une société et mener à bien leurs quêtes personnelles. Rencontres masquées en vue !

 

 

Ce manga, c’est l’amour incarné

 

De la délicatesse de l’héroïne et de sa force de caractère (qui à chaque fois nous prend par surprise!), des costumes, des coiffures, des rituels, on aime tous les détails. Dans ce manga, la dimension culturelle a une grande importance, quel plaisir de découvrir les trésors cachés de la Corée, comme ces magnifiques instruments jamais croisés de notre vivant !

 

On lit ce manga comme on se laisserait happer par une sublime mélopée. Un air qui nous emporte dès les premières notes et nous captive, majestueux. Qui nous emmène incroyablement haut pour nous laisser soufflés par nos émotions, d’un coup. Car ce qu’on veut nous faire croire au début est-il la véritable piste à suivre ? Pas sûr !!!

 

Tu n’as pas réussi à lâcher La dernière Estampe ou 12 Nuits ? Tu ne réussiras pas non plus à lâcher celui-ci ! 

Commentaires 3
Ajouter un commentaire